Creek Baie Nord - 3 ans et demi après, qu'en est il ?

Il y a 3 ans et demi, une fuite d'une centaine de milliers de litres d’acide chlorhydrique provenant de l'usine du Sud avait "nettoyé" le creek Baie Nord. Depuis cet incident, plusieurs campagnes de suivi ont été réalisés, ceux-ci indiquant le retour progressif de la faune aquatique. Vies d'Ô douce est donc partie en ce début d'année observer cette biodiversité, dans le but de se faire sa propre idée.

Au total, ont été recensées 26 espèces de poissons (39 si l'on prend en compte les espèces marines remontant les embouchures et le cours inférieur des rivières), 2 espèces de crabe et 7 espèces de crevettes. Quelques gastéropodes (escargots) d'eau douce ont également pu être observés. Parmi toutes ces observations, on recense plusieurs espèces endémiques de Nouvelle-Calédonie : 5 espèces de poissons, 1 espèce de crabe et 2 espèces de crevettes. Il s'agit chez les poissons de Protogobius attiti, Sicyopterus sarasini, Schismatogobius fuligimentus, Parioglossus neocaledonicus et Microphis cruentus ("Hippocampe" d'eau douce). Chez les crabes, cela concerne Odiomaris pilosus et, chez les crevettes, Macrobrachium caledonicum et Paratya bouvieri.

Cela fait donc du creek Baie Nord une rivière riche en espèces même si certaines d'entre elles n'ont été observées que d'un ou deux individus comme Smilosicyopus chloe ou encore Stiphodon atratus. Le nombre d'espèces est même très certainement supérieur avec notamment les anguilles, que nous ne pouvons identifier à l'espèce sans la capture des individus, et les mulets. Nous n'avons pas non plus observé la murène d'eau douce (Gymnothorax polyuranodon) que nous savons présente.

La vie est donc belle et bien de retour creek Baie Nord.

© Copyright - Photographies de Nicolas Charpin - Pour toute utilisation, merci de nous contacter - Article du 09 Janvier 2018



Fin de la mission Planète revisitée Nouvelle-Calédonie 2017.

C'est terminé ! Après plus de deux mois et demi à parcourir, 7j/7, le territoire calédonien pour inventorier la biodiversité des milieux aquatiques d'eau douce, les derniers scientifiques viennent de quitter le caillou. Place maintenant au travail en laboratoire. En revanche, pour Vies d'Ô douce, qui a accompagné et guidé 5 des 7 équipes venues pour la mission, ce n'est pas fini. Nous allons reprendre nos activités et continuer notre travail d'inventaire de la faune et la flore aquatique en repartant fouiller les milieux reculés et préservés.
Durant cette mission, nous sommes allés explorer à plusieurs reprises le Plateau de Dogny à la recherche d'insectes aquatiques, gastéropodes et autres crustacés. Nous avons également eu la chance de rejoindre l'équipe terrestre de la mission Planète revisitée sur le Mont Katalupaik (vers la tribu de Bopope). Cela a rendu possible "l'inventaire" de creeks préservés, là où, de paroles d'anciens à la tribu, "personne n'avait encore jamais mis les pieds".

Le travail d'inventaire permet de lister et de référencer un grand nombre d'espèces mais également d'accroitre les connaissances sur la biodiversité des milieux aquatiques calédoniens. Grâce à ces observations, nous en apprenons de plus en plus sur la distribution et la répartition des différentes espèces. La mission Planète revisitée permet, grâce aux scientifiques avec lesquels nous collaborons à distance tout au long de l'année, d'aller encore plus loin sur le terrain et dans nos recherches. Cela permet aussi d'en apprendre d'avantage sur la biologie des espèces, la manière de les observer et les critères d'identification. Même si la mission vient juste de se terminer, et que nous attendons les premiers retours des scientifiques sur les potentielles nouvelles espèces, nous pouvons d'ores et déjà vous annoncer que plusieurs espèces qui n'avaient plus été observées depuis des dizaines voire une centaine d'années ont été retrouvées. Lorsque tout aura été traité et publié officiellement, nous vous ferons part de toutes ces informations avec des nombreuses photos inédites dont, pour certaines espèces, les premières photos d'animaux vivants prises par Vies d'Ô douce. A très vite !!!

© Copyright - Photographies de Nicolas Charpin - Pour toute utilisation, merci de nous contacter - Article du 16 Décembre 2017



Planète revisitée Nouvelle-Calédonie : A la recherche des nouvelles espèces

La Planète revisitée est un programme d’expéditions scientifiques qui a pour ambition d’effectuer un inventaire massif de la biodiversité dans des zones géographiques peu explorées. Organisée par le Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris, le module Hydrobiologie de la mission "Planète revisitée Nouvelle-Calédonie" a débuté le 2 octobre. L'association Vies d'Ô douce y participe en guidant, sur le terrain, les équipes de scientifiques. Cela fait maintenant trois semaines que la première équipe parcourt le territoire calédonien à la recherche des algues microscopiques. De la région de Bourail, en passant par Houaïlou, Kouaoua, Canala, La Foa et Boulouparis, tous les milieux aquatiques d'eau douce passent à la loupe. Jusqu'à mi-décembre, des scientifiques du monde entier vont venir échantillonner les lacs, sources, creeks, rivières, eaux souterraines, marais ou encore les mares temporaires, à la recherche d'espèces encore inconnues. Des micro-algues aux escargots aquatiques en passant par les insectes, les crustacés ou encore la faune des eaux souterraines, chaque groupe sera étudié par un spécialiste.

Cette année, la plus grande difficulté est de trouver de l'eau... Entre une sécheresse précoce et extrême, et des feux de brousse aux quatre coins du pays, les conditions ne sont pas optimum. Mais les premiers résultats semblent encourageants. La deuxième équipe est arrivée et commence l'échantillonnage des eaux souterraines. Début novembre, le plus gros de la troupe sera sur le terrain avec des japonais, français, belge, brésilien, ukrainien et américain. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des prochains résultats et des découvertes à venir. A très bientôt.

© Copyright - Photographies de Nicolas Charpin - Pour toute utilisation, merci de nous contacter - Article du 25 Octobre 2017



Bélep : Mission à l'extrême Nord de la Nouvelle-Calédonie

La semaine dernière, Vies d'Ô douce est partie poursuivre son "inventaire" de la biodiversité des milieux aquatiques en dehors de la Grande Terre. Cette fois, c'est à Bélep, à l'extrême Nord de la Nouvelle-Calédonie, que Nicolas Charpin a posé le pied pour parcourir les rivières de l'Île Art. Pendant plusieurs jours, les creeks et les embouchures ont été "inventoriés". Un petit gastéropode endémique de Bélep, découvert et vu la dernière fois en 1872, était au centre des recherches. Malheureusement, sans succès. Le constat est alarmant : les milieux aquatiques sont fortement dégradés. Seules quelques rivières atteignent la mer. La majorité des embouchures sont bouchées, ce qui empêche la migration et donc la reproduction des poissons et des crevettes. Les creeks sont déjà à sec alors que la saison sèche ne fait que commencer. Les récents feux ont détruit une grande partie de la végétation, dont la couverture végétale des berges.

Malgré cela, plusieurs belles observations ont été faites. Des nouvelles espèces de minuscules gastéropodes (de la famille des Tateidae) ont été découvertes. Plusieurs espèces de crevettes dont Macrobrachium equidens ont été observées. Chez les poissons, l'observation d'un Gobiidae, Mugilogobius mertoni dans une rivière du sud de l'ile, à Pairomé, a été une bonne surprise. Une espèce de crabe de la famille des Varunidae (Utica barbimana) a également été redécouverte. Cette espèce n'avait plus été vu depuis sa description en 1873 soit un peu plus de 140 ans.

© Copyright - Photographies de Nicolas Charpin - Pour toute utilisation, merci de nous contacter - Article du 24 Juillet 2017



Une grande première : Bleheratherina pierucciae

Une espèce rare et endémique de Nouvelle-Calédonie photographiée pour la première fois dans son milieu naturel par l'association Vies d'Ô douce.
Connue à ce jour de quelques spécimens seulement (une petite dizaine), elle avait été observée uniquement dans la rivière de la Tontouta et la rivière des Pirogues. Cette semaine, c'est dans une rivière de la Côte Oubliée, la Pourina, qu'elle a été vue et photographiée pour la toute première fois dans son habitat. Décrite en 2009 par Aarn & Walter Ivantsoff, Bleheratherina pierucciae est une espèce appartenant à la famille des Atherinidae. Elle mesure moins de 5 cm et vit principalement au niveau des embouchures et dans la partie inférieure des rivières.

© Copyright - Photographies de Nicolas Charpin - Pour toute utilisation, merci de nous contacter - Article du 15 Juillet 2017