Smilosicyopus chloe

Description

Le corps est allongé, la tête plus ou moins arrondie, les lèvres proéminentes et la bouche légèrement infère. On retrouve des points noirs parsemés sur la tête et également plusieurs (en général de 4 à 7) sur chaque côté de la nuque. La partie distale des nageoires dorsales du mâle et les parties supérieure et inférieure de la nageoire caudale sont jaunes. La partie ventrale du corps est jaunâtre ou rose. La marge distale de l’anale est bleutée. Il existe une large marque noire en forme de « V » sur la partie ventrale de la tête. Présence également d’une série de taches blanchâtres et de barres sur le dos et les flancs. Les femelles sont brunâtres avec de larges barres noires latérales. Leur ventre est rouge lorsqu’elles sont gravides. Chez cette espèce, la première nageoire dorsale est composée de 6 rayons épineux et la seconde a 1 rayon épineux et 9 rayons mous. Ces deux nageoires sont séparées l’une de l’autre. La nageoire anale possède 1 rayon épineux et 10 rayons mous. Les pectorales ont 13 à 15 rayons et la caudale, qui est de forme arrondie, en a entre 12 et 14. On retrouve entre 12 et 37 écailles en série longitudinale. Les écailles sont en général cycloïdes. On distingue entre 14 et 16 écailles en série zigzag. La tête et la partie ventrale sont dépourvus d'écailles.

Taille

La taille maximum de cette espèce est d'environ 5cm.

Dimorphisme sexuel

Il est facile de différencier mâle et femelle. Les mâles possèdent une ligne médiane noire avec des taches blanchâtres parsemées par endroit. Les femelles présentent, quant à elles, des bandes sombres verticales sur les flancs, plus prononcées au niveau de la ligne médiane, laissant apparaitre un semblant de "ligne en pointillés" (voir photos ci-dessous).

Espèce(s) proche(s)

Il existe 2 autres espèces de Smilosicyopus en Nouvelle-Calédonie : Smilosicyopus felhmanni et Smilosicyopus pentecost.

Smilosicyopus chloe est très proche de l'espèce Smilosicyopus felhmanni. Il est quasiment voire totalement impossible de les différencier à l'oeil nu. Bien que l'espèce Smilosicyopus felhmanni ait été recensée en Nouvelle-Calédonie, elle reste rare. La différence la plus notable morphologiquement est qu’en parade, le mâle de Smilosicyopus chloe est très coloré avec du jaune et du rouge ce qui n'est pas le cas chez le mâle Smilosicyopus felhmanni, qui présente des couleurs plus classiques. Il n'y a en général aucune écaille en série transverse arrière chez Smilosicyopus chloe alors que Smilosicyopus felhmanni peut en avoir jusqu’à 22. Une autre différence entre ces deux espèces se situe au niveau de la présence, chez Smilosicyopus chloe, de dents caniniformes sur les mâchoires supérieure et inférieure et par l’absence de dents labiales horizontales sur la mâchoire inférieure. Autant dire que sans un oeil très aguerri, l'identification à l'espèce est impossible. C'est en général l'ADN qui fait le travail.

En revanche, il est relativement facile de différencier Smilosicyopus chloe de Smilosicyopus pentecost. Cette dernière ne possède pas de points noirs sur la nuque contrairement à Smilosicyopus chloe , et la coloration est légèrement différente avec, en général, des joues légèrement orangées ou rosées. Smilosicyopus pentecost est également beaucoup plus rare en Nouvelle-Calédonie.

Régime alimentaire

Cette espèce est carnivore. Elle se nourrit de petits insectes aquatiques et de crustacés.

Habitat

L’espèce fréquente les cours d’eau clairs, rapides et bien oxygénés à fond de blocs et de cailloux. On la retrouve dans les zones inférieures et moyennes, jusqu’à 50 à 100m d’altitude.

Reproduction et cycle de vie

L’espèce est amphidrome. Après la reproduction, qui a lieu en eau douce, les larves dévalent la rivière vers la mer où elles ont une vie planctonique. Ces dernières recoloniseront par la suite les rivières et les creeks une fois le stade juvénile atteint.

Répartition

Cette espèce est endémique de la Nouvelle-Calédonie et du Vanuatu. En Nouvelle-Calédonie, on la retrouve principalement dans le Nord-Est de la Grande Terre. Quelques spécimens ont toutefois été observés dans le Grand Sud (voir carte de répartition ci-dessous).

Réglementation

Espèce protégée en Nouvelle Calédonie.

Etymologie

Cette espèce a été décrite en 2001 (Watson R.E., Keith P. & Marquet G.). Elle a été nommée "chloe" en rapport aux expéditions (Chloé I et II) menées en Nouvelle-Calédonie, et au cours desquelles la plupart des spécimens utilisés pour la description de cette espèce ont été collectés.

Systématique

Ordre des Perciformes --- Famille des Gobiidae --- Sous-famille des Sicydiinae --- Genre: Smilosicyopus --- Espèce: chloe

Bibliographie

P. Keith, G. Marquet, C. Lord, D. Kalfatak & E. Vigneux (2010). Poissons et des crustacés d'eau douce du Vanuatu.

P. Keith, C. Lord & L. Taillebois (2010). Sicyopus (Smilosicyopus) pentecost, a new species of freshwater goby from Vanuatu and New Caledonia (Gobioidei: Sicydiinae).

G. Marquet, P. Keith & E. Vigneux (2003). Atlas des poissons et des crustacés d'eau douce de Nouvelle-Calédonie. Patrimoines Naturels, 58 : 282 p.

R. E. Watson, P. Keith & G. Marquet (2001). Sicyopus (Smilosicyopus) chloe, a new species of freshwater goby from New Caledonia (Sicydiinae).